Mon Ancien Site (av 2009)

16/04/2008

J'ADORE les sushis!

posté à 16h49 dans "Avril 2008"

Mais c'est peut être pas réciproque...
ça sent la news à la Somar ;-) à plein nez, célèbre écrivain de news triathlétiques, qui trouve toujours un bon côté à ses aventures, pourtant parfois... désolantes. Il n'a pas son pareil pour narrer ses exploits, tout en retrouvant un moral d'acier au fil des lignes et des catastrophes qui s'y enchaînent. Je n'ai plus que cette solution!

Mon récit sera tout de même plus court, pour un essai mieux vaut ne pas voir trop grand. Les malheurs n'y sont de plus pas si nombreux. Hélas, c'est l'intensité qui prend le dessus sur le nombre, pour rendre la chute tout autant affligeante... Hou!là, j'attaque un peu trop mini-déprime, d'entrée de jeu, c'est pas gagné pour le remontage de pente, et la Happy-End. Surtout qu'au départ tout avait plutôt bien commencé...

Un voyage sans accroc malgré les nombreuses escales et heures d'avion, un hôtel sympa, une chalheur et humidité assez supportable à l'arrivée, et une start-list réduite en terme de quantité qui faisait presque réver de podium... Le dépaysement est total, les sushis n'ont plus aucun secret pour nous, et les baguettes deviennent indispensable à nos repas. ça continue donc dans le tout rose lors de la course avec une natation plus que correcte. Je sors 4ème de l'eau sans trop d'effort grâce à un bon départ. Une cassure se forme dès le début du vélo, qui nous laisse, un pack d'une quinzaine d'athlètes, avec 30" secondes d'avance à la fin du premier tour (sur 7 au total). La plupart des meilleurs coureurs sont derrière, c'est toujours ça, l'occasion idéale de rentabiliser toutes ces heures à en baver depuis début décembre!
Tout le monde ne coopère pas autant dans le groupe mais aucun réel "tir au flan" ne casse l'allure ni le moral des plus volontaires. Après un petit "Comme on gays!" ou autre "Pu..in de R..cofs!" cette fois de notre Poupoule international, l'avance monte alors à 45 secondes, puis 1 minute, la machine est lancée, hummm... Le scénario semble parfait. Je n'ai pourtant pas trop de mal à contenir mon sourire intérieur qui serait trop prématuré. Je sens rapidement mes jambes de plus en plus lourdes au fils des bosses (3 par tour). En réalité, j'apprendrai même plus tard par certains de ce groupe et en toute amitié, que mes relais vélo dans les derniers tours sentaient bon la sincérité et le dévouement, mais hélas pas vraiment l'efficité... Ah?! Et moi qui croyais mener la vie dure à certains... Bref, avec 1 minute et 15 secondes de bonus, l'entrée dans le parc se passe bien, décidément quelle course optimale! Un bon placement, un ptit gel Eafit qui va bien, une gorgée d'eau, un léger rappel de la couleur de mes fast-shoes à l'intérieur du parc, attention ca va partir fort!!
Quelques légers cafouillages de chaussures difficile à enfiler, et Hop! Mais là, en faite, non, ça a fait plutôt Zblouff! C'est pas parti si vite que ça finalement. Et même bien planté dès le premier kilomètre. Deux des bosses du parcours vélo rendent celui de course à pied comme l'un des plus vallonné du circuit coupe du monde. En un mot, mieux vaut avoir la canne légère, et le jus au maximum! Avec les cuisses de Tom Bonen qui viennent de m'être livrées par Ishigaki Way of Life, et le cycle hivernal Dréanesque qui vient de s'achever, j'ai tout comme l'impression que les ingrédients ne sont pas tous réunis. Avant le premier demi-tour je croise les plus rapides qui sont déjà loin et beaucoup plus véloces. Même si mon souffle est presque sous contrôle, je me sens déjà en sur-régime, les courbatures me scotchent au bitum, tous les voyants clignotent, je vais devoir ralentir si je ne veux pas aller jusqu'à la crampe... Faudra repasser pour la happy face, c'est parti pour 33 minutes de lutte grimaçante contre cet enf...é d'apesanteur. Ce dernier n'inquiéte par contre aucunement mes poursuivants qui d'après les commentaires sont "absolutly flying"! En effet, la confirmation en direct fut autant cruelle qu'expéditive. Les premiers du groupe de chasse me passent à mi-course, à une telle vitesse que même le terme "déposé" est un peu ventard de ma part. Impossible de s'accrocher. Pfff! No comment! Je termine les 2 derniers kms plats à la rupture pour ne rien regretter, et grapiller tout de même quelques points ITU. 17ème. Il fait 30°C et je tremble de froid... Nickel!

Bon, je crois que j'ai foiré ma remontée de moral, je tente un dernier effort: l'entraînement si éprouvant de cet hiver payera normalement après un temps de repos. Certaines séances de rythmes me manquent, et la courbe du pic de forme doit plus ressembler à l'ascension du Tibet, qu'à la course de vélo de La Marmotte (en dent de scie pour les novices). Enfin vous m'avez compris, même les métaphores me lâchent de toute façon :-D. En même temps, j'arrive bientôt à la maison après 35h de transport en commun non-stop... c'est l'émotion! Comment ça faut pas faire de sieste!!!?
Aller de toute façon je garde le moral bien-sûr! J'en ressors encore plus motivé d'ailleurs, et pour tout vous dire j'avais bien une petite excuse d'infection et de passage à l'hôpital Japonais la semaine précédant la course, mais je préfère garder ça pour moi.

Prochain départ dans une semaine pour Font Romeu. Un peu de repos avant ça fera pas de mal... ;-)

Bye, Fred

 


Autre news:
05/12/2010 : Nouveau Site: fredbelaubre.com
08/11/2010 : Bilan - Régénération
16/09/2010 : See you in La Baule!
08/09/2010 : Suite de la saison...
23/06/2010 : CHAMPION DE FRANCE + suite de la saison
02/06/2010 : Last Weekend(s)
11/04/2010 : 18th in Sydney
06/04/2010 : L'entrée en lice
28/02/2010 : Plus vitTe-L !!!
30/01/2010 : Lanzarote Stage Equipe de France


» Consulter les archives

RSS